Eté d'enfance,

                                                                                     L'été, c'était les matins à bonne heure.

                                             La maison s'éveillait doucement avec le bruit des pas maternels dans l'escalier,

                                             puis la clef tournait dans la serrure.

                                             Le soleil se levait à peine mais une clarté légère que les persiennes n'arrivaient

                                             pas à retenir envahissait la chambre.

                                             La fenêtre restée ouverte toute la nuit pour apporter un peu de fraîcheur laissait

                                             entrer les bruits familiers:

                                             les pas dans le jardin, le glouglou de l'eau qui emplissait l'arrosoir, puis le frémissement des feuilles

                                             agacées par cette pluie artificielle.

                                             Je reconnaissais les massifs arrosés à leur musique. Les notes différaient entre les pivoines,

                                              les iris, les salades ou les pieds de rhubarbe.

                                              Le concert se terminait toujours par une chute brutale dans le bassin qui devait affoler

                                              les trois ou quatre poissons rouges pensionnaires du lieu.

                                              Ensuite, un parfum sucré et entêtant m'entourait, les chévrefeuilles et les jasmins excités

                                              par la douche matinale laissaient leurs effluves vagabonder.

                                              Les premiers rayons du soleil perçaient alors les volets et dessinaient des raies de lumière

                                              chargées de poussières aériennes que je suivais des yeux un certain temps.

                                              C'était le marchand de sable qui repassait et je plongeais à nouveau dans mes rêves,

                                              malgré l'odeur de café fumant qui montait jusqu'à moi et le gazouillis des oiseaux qui allait crescendo.

                                              Après tout, c'était les vacances et c'était matin bonheur!